Encore un problème lié au genre – agrégation de droit public

En droit public, concours 2015/2016, 82 femmes et 118 hommes étaient inscrits, les hommes étaient donc environ 30% de plus que les femmes. Pour les admis, 6 femmes pour 17 hommes; les hommes sont donc près de 300% de plus que les femmes.

Pour le dire autrement, 14 % des hommes ont réussi le concours. Mais 7% des femmes seulement.

Que l’on ne vienne pas nous expliquer que les répartitions statistiques ne sont pas linéaires, que les échantillons sont trop petits pour être significatifs… ce biais est systématique ou presque, et la proportion ne vient jamais s’inverser, au fil des concours. Voir par exemple, cette année, les résultats en histoire du droit.

Dès lors, de deux choses l’une:

  • soit les femmes font, globalement, de moins bons enseignants chercheurs (à cause des hormones, ou du cerveau féminin, ou de leur utérus, que sais-je…). Et il faut se féliciter d’avoir trouvé, dans l’agrégation, un moyen de ne pas les promouvoir au grade de professeur.
  • soit les capacités pour cette profession ne sont pas liées au genre, alors le concours d’agrégation est discriminatoire, et forme un obstacle à l’égal accès des femmes et des hommes aux fonctions de professeur d’universités, il faut donc le supprimer.

Que choisissez-vous?

Advertisements
Tagged with: , , , , ,
Publié dans Arguments
4 comments on “Encore un problème lié au genre – agrégation de droit public
  1. Plus envie de rire dit :

    Et il ne faut pas oublier que la discrimination opère dès l’inscription au concours. Enfin, dans l’impossibilité de s’inscrire au regard de ses modalités…

  2. Barrow Owen dit :

    Peut-être faudrait-il supprimer le CAPES et l’AGRÉGATION tout court dans toutes les disciplines, du moins dans leur version actuelle: copinage, irrégularités de toutes sortes (sous d’autres latitudes, elles seraient considérées comme des illégalités pures et simples), népotisme, opacité. Pour les concours de langues étrangères (dont je fais partie), à l’exclusion que subissent les provinciaux (il faudrait aussi analyser la question de genre sexuel) vient s’ajouter celle des étrangers formés dans une autre culture et une autre méthodologie (qui est celle qu’ils pourraient justement enseigner si on leur permettait). Mais le classisme, le sectarisme et le conformisme séculaire de l’institution académique française semblent inamovibles. Il faut donner un grand coup de pied (voire deux) dans la fourmilière!

  3. Abdul dit :

    Attention. Ce blog traite de l’agrégation du supérieur, laquelle n’a rien à voir avec l’agrégation du secondaire, et le CAPES, qui sont de vrais concours.
    Il n’est pas question ici de discuter de la véritable agrégation, ni du CAPES.

  4. Barrow Owen dit :

    Cher Abdul: par son ton et son contenu, je ne sais pas si votre commentaire relève de la censure, du manque d’empathie, du mépris, de l’esprit de corporatisme ou d’un manque de dimension critique vis-à-vis du système éducatif et enseignant auquel vous appartenez (ou alors de toutes ces catégories à la fois). La bataille devrait se livrer sur une autre dimension que sur celle du corporatisme et de vos intérêts personnels. Je comprends très bien que ce site n’est pas spécifiquement dédié aux problèmes que j’ai posés; néanmoins, je pensais que les valeurs que nous portions étaient similaires. D’après votre commentaire, je vois qu’il ne s’agit que d’intérêts à défendre. Désolée de vous avoir importuné. Je m’en vais ailleurs (sur la lune, peut-être?).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :