Les charmes de la conférence d’agrégation

Si j’avais à défendre l’agrégation, je vous parlerais des charmes et avantages de la conférence d’agrégation de droit privé. La vraie, la seule, l’unique, celle de Paris 2 – il paraît que certains bouseux provinciaux ont la prétention d’en faire également. Heureusement, elles ne fournissent guère de lauréats.

Engagez-vous! Toutes les informations sont sur le site de Paris 2.

L’avantage, c’est que l’on comprend immédiatement comme les choses se passent: une université prépare au concours, loge le concours, fournit l’essentiel des membres des jurys, et une grande part des lauréats (sans toutefois les recruter).

Lisez le texte de l’annonce: tout est clair!

« cette préparation aux épreuves du concours constitue un atout substantiel dans l’entraînement des futurs professeurs« . D’une part, professeur et agrégé sont deux qualités fongibles (ceux qui ce prétendent professeurs sans être agrégés sont des imposteurs-aigris-du-concours-pistonnés-par-le-localisme). D’autre part, les professeurs sont comme les chevaux: tout est dans l’entraînement (le service com’ nous a interdit d’écrire dressage ou débourrage, pourtant, ce n’est pas loin).

« La présentation claire et ordonnée d’un sujet, quel qu’il soit, préparé dans un temps parfois limité, est une méthode universelle, qu’entretiendra le professeur toute sa carrière. » Relisez bien cette phrase, pour tenter de lui trouver un sens.

« L’ambition de la Conférence est de transmettre cette méthode et de former au mieux aux techniques de documentation rapide« . Il est certain que l’atout premier d’un professeur est de savoir se documenter rapidement – ouvrir les manuels de ses copains. Parce qu’une documentation laborieuse, c’est pour les chercheurs.

« Un calendrier sera rapidement établi, afin que chacun s’organise et que les candidats de province puissent obtenir les billets de train les moins chers ; il leur est recommandé de solliciter le cas échéant des financements auprès des Ecoles doctorales ou Laboratoires auxquels ils appartiennent. » Vous voyez que l’on tient compte des bouseux provinciaux! En outre, l’on leur suggère de connaître le frisson de l’illégalité en leur suggérant de demander pour cette activité un financement que les écoles doctorales et laboratoires ne devraient pas accorder… Allons, cela évitera de rendre des reliquats en fin d’année, ou de financer des activités comme des séminaires, des colloques – quelle est leur utilité de l’autre côté du périph’?

Le leçon inaugurale est le 30 janvier, à bientôt!

Publicités
Tagged with: , , , ,
Publié dans Si j'avais à défendre l'agrégation...
5 comments on “Les charmes de la conférence d’agrégation
  1. Ecole doctorale dit :

    Pour avoir dirigé une école doctorale de droit et sciences juridiques, je peux affirmer que le financement des déplacements aux entraînements d’agrégation n’est pas du tout illégal. Aller se former ou s’entraîner à un concours peut être intégré au volet « formation » offert par les ED.
    Et rembourser deux ou trois déplacements par an ne m’a jamais empêché de financer parallèlement des colloques, des publications de thèses etc.
    Vous devriez peut-être vous renseigner davantage. Je dirais plus : ce site est intéressant et présente des arguments forts légitimes. Ce qui est gênant, c’est en revanche ce sentiment qui saisit le lecteur : beaucoup de post sont fielleux, d’un cynisme extrême. On sent la frustration, l’envie, la haine primaire de l’agrégé. C’est dommage. Un exemple ici : « Allons, cela évitera de rendre des reliquats en fin d’année, ou de financer des activités comme des séminaires, des colloques – quelle est leur utilité de l’autre côté du périph’? ». Du grand n’importe quoi.

    • Nous connaissons aussi l’interprétation large qui est donnée à l’article 4 de l’Arrêté du 7 août 2006 relatif à la formation doctorale.

      « -[les écoles doctorales] proposent aux doctorants les formations utiles à leur projet de recherche et à leur projet professionnel ainsi que les formations nécessaires à l’acquisition d’une culture scientifique élargie. Ces formations doivent non seulement permettre de préparer les docteurs au métier de chercheur dans le secteur public, l’industrie et les services mais, plus généralement, à tout métier requérant les compétences acquises lors de la formation doctorale. Elles peuvent être organisées avec le concours d’autres organismes publics et privés ainsi qu’avec les centres d’initiation à l’enseignement supérieur ; »

      • Cadoudal dit :

        Bien qu’étant plutôt hostile au concours d’agrégation, je pense également que ce n’est pas forcément un bon procès à faire aux ED ou aux labos de province que de leur reprocher de prendre en charge tout ou partie des frais générés par le concours. Cela contribue, au contraire, à réduire (très très modestement…) l’inégalité entre les candidats (PARIS I-II Vs. reste du monde-province) qui lui est consubstantielle. Qui plus est, par analogie, on notera que beaucoup d’universités, je crois, prennent en charge les frais liés aux concours que passent les BIATSS. Pour ma part je n’y vois scandale ni dans un cas ni dans l’autre.

        Ensuite, on peut regretter que cela serve à drainer les candidats vers la conférence d’agrégation de Paris II. Mais bon, beaucoup de membres du jury étant, comme vous l’avez noté, originaires de cette très respectable maison, peut-on reprocher à quelqu’un de mettre tous les atouts de son côté… ? Je veux dire : on ne reproche à personne de passer le concours et de faire ce qu’il faut pour le réussir, n’est-ce pas ? Ni même de le réussir d’ailleurs : l’adversaire n’est pas l’agrégé (présomptif ou en titre) mais l’agrégation, on en conviendra je suppose.

  2. Ecole doctorale dit :

    Mais non Cadoudal. Il est bien connu que les ED participent elles aussi au complot. Vous en voyez pas assez la vie en noir et blanc, à mon sens. (:)

  3. Ecole doctorale dit :

    Le noir et le blanc :

    L’agrégé = l’oppresseur, masculin, blanc, parisien, de droite, traditionaliste qui se cache derrière son conservatisme pour masquer sa médiocrité.
    Le Maître de conférence = l’oppressé, de gauche, provincial, humaniste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :