Votez!

Jusqu’au 14 octobre, les enseignants chercheurs sont invités à élire leurs section CNU.

Ce blog n’est en lien avec aucune liste; il ne soutient aucune liste, il n’a été contacté par aucune liste. Nous jurons la main sur le cœur être parfaitement indépendants de toutes les listes.

Néanmoins, nous vous appelons à VOTER. La représentativité du CNU est une condition pour faire basculer l’agrégation – nous gardons toutefois à l’esprit toutes les critiques que l’on peut faire aux procédures devant le CNU. Il faut que la proportion de votants soit importante.

Lisez avec discernement les professions de foi : certaines listes sont ouvertement conservatrices, d’autres plus modernistes, et envisagent que l’agrégation ne soit qu’un mode parmi d’autres de recrutement. Bien entendu, nous regrettons qu’aucune n’appelle directe à sa suppression… mais ce serait peut-être un suicide politique.

Savez-vous, par exemple, que le CNU baisse sa culotte devant l’agreg au point, du moins en section 01, à respecter le classement du concours pour les promotions des PR? Agrégé un jour, agrégé toujours… Il est temps que ce genre de comportement cesse…

(nous n’accepterons pas sur ce billet de commentaires qui nommeraient des listes ou des têtes de liste)

Publicités
Tagged with: , , , ,
Publié dans Au jour le jour...
19 comments on “Votez!
  1. Montesquiou dit :

    Les professions de foi me font marrer. Sans nommer personne ni citer de liste, quand je vois l’intitulé de certaines et le comportement des personnes sur cette liste sur le terrain, il y a un monde… d’hypocrites.
    Combien de listes avec l’engagement de ne faire aucune demande de promotion ou autres au cours de leurs mandats ? Ah oui, aucune.
    Pour la section 01, où nous avons pourtant des juristes, toujours prompts à invoquer de grands principes, aucun problème d’impartialité : « — La Section considère qu’un membre du CNU peut être candidat à une promotion pendant la durée de son mandat. L’intéressé ne participe pas alors à la séance d’examen des dossiers des candidats à la même promotion »(http://www.cpcnu.fr/web/cnu-section-01/conseils-generaux). Alors, voter, j’en sais rien.

  2. Cadoudal dit :

    « Savez-vous, par exemple, que le CNU baisse sa culotte devant l’agreg point, du moins en section 01, à respecter le classement du concours pour les promotions des PR? » Je ne comprends pas trop cette phrase… Il n’y aurait pas un petit problème de formulation ?

  3. Montesquiou dit :

    Il est parfois précisé sur certaines listes que le CNU permet de lutter contre le localisme.
    Qui peut croire à cela ? Cette année et pour la première fois me semble-t-il, il y a eu un début de transparence au niveau des recrutements puisqu’un an après l’achèvement de la campagne de 2014, la liste des personnes recrutées a été publiée (https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/cand_recrutement_enseignants_chercheurs.htm). Si l’on examine cette liste, on s’aperçoit très vite que l’intervention du CNU ne permet pas de lutter contre le localisme. Un exemple parmi tant d’autres : pour Toulouse, en 2014, 4 postes publiés et 4 toulousains recrutés. Donc la lutte contre le localisme, on oublie, le CNU ne sert pas à ça.
    Apprécier la qualité des travaux ? Cela aussi il faut oublier compte tenu du nombre de candidats et des délais laissés aux membres du CNU, qui ne l’oublions pas n’assurent pas que cette fonction (certains font également partie de l’HCERES, sont doyens, … et en tous les cas enseignants-chercheurs). Un cumul de fonctions qui rend totalement impossible une lecture sérieuse des travaux.
    Le système de recrutement à l’université est biaisé depuis longtemps, qu’il s’agisse de l’agrégation ou du CNU. Et avec une mauvaise compréhension de l’autonomie des universités, certains présidents se croient autorisés à faire selon leur bon vouloir : « moi, président… ».

  4. Merci Montesquiou pour le lien que je ne connaissais pas. On notera que le Ministère publie la liste des recrutements de MC mais pas de PU…

  5. Montesquiou dit :

    L’endorecrutement local provincial ? Non, mais vous rigolez. Il n’est pas provincial, il est national car Paris n’y échappe pas. Prenons Paris I et Paris II et regardons les recrutements réalisés pour les maîtres de conférences. Bon, pour Paris I, docteurs de Paris I et pour Paris II, docteurs de Paris II. Vive l’entre-soi !

  6. Montesquiou dit :

    Les profs mutés sur Paris I ou Paris II ne sont-ils pas docteurs de Paris I ou Paris II, vous savez, ceux qui sont agrégés en plus grand nombre ? Si ce n’est pas de l’endorecrutement, alors je ne sais pas ce que c’est. Ah oui, de l’entre-soi !

  7. General Leclerc dit :

    Il faut voter pour ceux qui attaquent l’agrégation, directement ou indirectement. Il faut que soient éliminés tous ceux qui osent encore défendre ça.

    • Cadoudal dit :

      « Eliminés »… ??? Intellectuellement parlant et non physiquement parlant, je suppose… Et quand bien même, je pense qu’on peut débattre du sujet en laissant place à un peu de tolérance. Je veux dire : la modération n’est pas incompatible avec des revendications ambitieuses.

      Soit dit en passant, je note qu’une liste du collège B en section 01 (liste dont je donne pas l’intitulé comme demandé dans le billet en tête de cette page, ni n’appelle d’ailleurs particulièrement à voter pour elle : son stock de propositions syndicales ne rencontre pas souvent ma faveur d’habitude) a inscrit ce titre en gros et gras dans ses éléments de propagande : « vers la suppression de l’agrégation pour les sections du groupe II ». Mais si le titre est aguicheur, le contenu un peu moins : on ne comprend pas très bien si c’est là une revendication ou une simple analyse prospective. Néanmoins, c’est le seul endroit où, j’ai l’impression, le thème est posé de manière explicite dans les listes du collège B de la section 01.

  8. POC dit :

    En section 2, il y a au moins une liste qui me paraît assez explicitement opposée à l’agrégation :

    « Vers la suppression de l’agrégation du supérieur pour les sections du groupe II

    Pour les sciences économiques et de gestion, la loi ESR va lever, à titre expérimental, l’obligation de recruter au moins la moitié des professeurs d’universités par l’agrégation de l’enseignement supérieur. Le biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip, qui a revendiqué cette mesure, réclame sa pérennisation afin de généraliser le recrutement par voie normale dans ces disciplines.
    Le traitement des dossiers de qualification par les sections concernées ne doit pas se transformer en concours et doit respecter le principe selon lequel la qualification reconnaît la capacité à exercer la fonction de professeur »

    On verra bien si c’est suicidaire ou pas…

    • Cadoudal dit :

      On trouve une liste en section 01 (soutenue par la même organisation syndicale, je suppose) qui comporte exactement le même message. Cf. mon message ci-dessus.

  9. Général Leclerc dit :

    Je récuse toute organisation, liste, collectif ou autre, qui défend l’agrégation. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent à côté, tant qu’ils soutiennent ça, ils sont à mes yeux irrecevables.
    Je voterai donc obligatoirement pour ceux qui soutiennent la suppression, que ce soit dit clairement ou non.
    J’ajoute que tous les MCF qui veulent avoir les mêmes perspectives que leurs collègues de toutes les autres Facultés, et de toutes les Universités du monde, devraient faire pareil. C’est leur avenir qui se joue.

  10. Montesquiou dit :

    C’est bien gentil tout ça mais les mcf votant pour les mcf (plus de 2/3 des enseignants-chercheurs) et les profs pour les profs (1/3 des enseignants-chercheurs), les choses ne sont pas prêtes d’évoluer. D’autant que seuls les professeurs statuent pour la qualification aux fonctions de professeur. Et comme ceux de la 01 n’y ont été qu’à la petite cuillère (à café de surcroît) lors de la première fournée, on peut s’attendre à ce qu’ils en fassent de même pour les fournées suivantes. A ce rythme là (moins de 10 qualifiés chaque année), et tant qu’il y aura des postes à l’agrégation (environ trente tous les deux ans), il y aura toujours plus de prof agrégés présents au CNU que de prof qualifiés par le CNU. Je rêve d’un jour où les MCF des 6 premières sections se mettront en grève pour obtenir la suppression de l’agrégation.

    • Merci Montesquiou pour votre enthousiasme.
      6 premières sections? L’on pourrait dire 3 premières sections. Pour les sections 4 à 6, l’agreg est déjà morte, soit par suspension réglementaire, soit, pour les sciences éco, en raison de l’absence de mise aux concours.
      L’agreg est donc désormais une affaire de juristes…
      La grève? Seuls les syndicats pourraient efficacement appeler à la grève… et je crois qu’ils se moquent bien de l’agrégation, je ne sais pas s’ils ont conscience de ses conséquences sociales.
      Mais d’autres formes d’actions sont possibles. Si l’on sent une adhésion à ces idées, nous pourrions appeler, d’une part à ce que les MCF pèsent de tout leur poids dans les facultés pour que les postes de PR ne soient pas mis au concours, et d’autre part à ce qu’ils s’inscrivent en masse, pour rendre impossible matériellement l’organisation du concours (s’il y a 500 inscrits pour 15 postes, le concours sera ridicule et matériellement impossible).

  11. Cooptation et localisme dit :

    Le localisme est aussi un mal à combattre, pour ne pas tomber dans un excès similaire à l’agrégation (fascinant d’ailleurs de voir la fin de celle-ci pour les sciences économiques, un mouvement inéluctable est en marche). Le bilan du recrutement 2015 donne : 6 locaux recrutés sur les 7 postes ouverts au titre du 46-1 (sachant qu’il y avait 14 qualifiés, et que le seul poste où il n’y a pas eu de candidat local de nommé n’avait pas de qualifié local) ; 4 locaux de recrutés sur les 4 postes ouverts au titre du 46-3 (dîte voie longue). La cooptation par l’agrégation est un mal (et un mal couteux vu les frais supportés par les candidats et les coûts du concours), la cooptation par les comités locaux l’est aussi.

  12. Montesquiou dit :

    La cooptation, le localisme, les réseaux, les petits chefs, c’est de la mafia dont il est question ou de l’université, lieu des savoirs, des échanges, des rencontres, de la découverte, de l’ouverture d’esprit, … ?

  13. Miles Harvard dit :

    bienvenue dans la vrai vie ! l’université malheureusement ne fonctionne pas différemment d’une entreprise avec ses coups bas et cie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :