Aux rapports!

Tous les concours d’agrégation pour cette année sont désormais parvenus à leur terme !

Selon les dispositions de l’article 31 de l’arrêté du 13 février 1986 modifié, les candidats peuvent, à compter des résultats et dans un délai d’un an, obtenir communication des rapports sur leurs travaux.

Nous vous engageons tous à demander vos rapports, qui seront certainement plus instructifs (au moins sur la première épreuve) que les souvent déprimantes « visites ».

D’ailleurs, les admis comme les reçus peuvent le faire: ubi lex non dinstinguit

N’hésitez pas venir évoquer dans ces colonnes d’éventuelles surprises ou déceptions à la lecture de ces rapports.

Publicités
Tagged with: , , , , ,
Publié dans Au jour le jour...
13 comments on “Aux rapports!
  1. Woups dit :

    J’avoue être allé de surprise en surprise:
    1)les réponses du le ministère, quelques jours après la proclamation des résultats :(en substance) « je ne les ai pas encore », « j’en ai un, le voici, l’autre devrait suivre »
    2) la date du second rapport, daté de juillet 2015.

    Les rapports sont-ils écrits lorsque les candidats demandent à les consulter?

  2. Montesquiou dit :

    La qualification aux fonctions de professeur donne également des résultats étonnants. Je contacte mes rapporteurs et l’un d’entre eux me répond : « je ne suis pas votre rapporteur ». Je lui envoie donc une copie du document le désignant comme l’un des rapporteurs. Deuxième réponse : « il n’y a pas à rédiger de rapport ». Je lui cite les textes en sens contraire. Enfin, j’obtiens le fameux rapport : en substance, trop jeune (je n’ai que 40 ans) et écrit trop, ce qui interroge (quelqu’un d’autre écrirait-il pour moi ? Pour l’instant, je n’ai trouvé personne près à un tel sacrifice). L’ensemble n’est donc qu’une grande mascarade.

    • Ah! Cette question de l’âge… les mêmes qui défendent l’agrégation qui vous donne des professeurs parfois de moins de trente ans, voudraient faire croire que la voie de droit commun n’est accessible qu’aux vieux barbons…
      Dans quelle section postuliez-vous?

      • Montesquiou dit :

        Section 01. Et pour en avoir discuté avec plusieurs collègues, l’argument est courant. Mais il est fallacieux car il vaut pour certains candidats et pas pour d’autres. Ce critère de l’âge a d’ailleurs été considéré comme non justifié par le CE dans le cadre du second concours, peu de temps avant sa suppression.

  3. Steve Mac Queen dit :

    Allez, moi je vous mets tous d’accord !
    L’agrég est truquée, ça je pense que tout le monde l’a compris. Ceux qui ne veulent pas le dire souffrent seulement de cacahouettisme testiculaire.
    Le nouvel article 46 xyz je sais plus quoi, pareil ! Il l’ont truqué aussi parce qu’ils sont verts de rage qu’on ait touché leur super joujou. Ils disent « ….. » au Gouvernement et ils attendent l’alternance.
    Moralité : la suite au prochain épisode !

  4. Dante dit :

    entièrement d’accord

    les gardiens du temple ( inutile de citer leur noms ) sont verts de rage de voir que leur pseudo concours en est en passe de disparaître mais fourbes comme ils sont, ils attendent 2017 pour espérer sauver les reliques de l’agreg

    sinon on est tous d’accord sur le fait que l’agreg est un immense foutage de gueule et bien heureux ceux qui l’ont compris et ont décidé de la boycotter

  5. Cadoudal dit :

    Si j’avais un conseil à donner, je suggérerais plutôt à ceux qui sont opposés à l’agrégation (ou favorables à une réforme profonde, c’est bon à prendre aussi), s’ils en ont la possibilité et les moyens (y compris financiers, cf. coût de l’épreuve de 24 h) d’y aller, de la réussir (si si, parfois ça arrive !) et, une fois en position d’agrégé, d’œuvrer pour le changement. Tactique du salami, genre Hongrie 1947. A mon avis et à celui de Mátyás Rákosi, ça marche mieux que le boycott, à condition que ces nouveaux « élus » n’oublient pas d’où ils viennent et ce qui avait pu motiver leur conviction originelle.

  6. Au nom de la loi dit :

    Je ne vais pas citer de nom, puisque sur ce blog on ne le fait pas.
    Mais j’ai connu un opposant acharné à l’agrég qui avait ouvert les yeux quand il s’est fait jeter à la première épreuve sans même qu’ils aient lu sa thèse. Deux après, il l’a eue.
    Il est devenu hautain et prétentieux.
    Par ailleurs, dès qu’il me voit, il ne parle que de l’agrég, comme pour se justifier. En fait, il se souvient très bien qu’il était très moyen, et n’avait pas oublié le niveau équivalent ou supérieur de ceux avec qui il avait préparé, mais qui, eux, se sont fait jeter comme des kleenex, faute de lien avec le jury.

    Je ne suis donc pas d’accord. Je n’ai en vérité rencontré en tout et pour tout que 3 PR qui m’aient dit la vérité, à savoir que c’est totalement pipé. L’un par écrit, mais j’aurai l’élégance de ne jamais révéler son nom – question d’honneur – , l’autre, à l’oral, en précisant que c’était « entre nous », et le troisième enfin qui le reconnaît sans complexe et dit la vérité en privé sans se gêner. 3 PR sur la centaine que je connais, ça fait 3%…

    En fait, quand on a l’agrég, il est extrêmement rare de ne pas se justifier soi-même en se disant qu’on l’a mérité. Personnellement, ce raisonnement m’est étranger. Je suis parfaitement capable de voir les écueils des Comités de sélection dans les recrutement de MCF, et de critiquer le localisme dans tous ses effets négatifs. Cela ne m’empêche pas de faire mon travail, et de respecter mes collègues, puisque c’est le système qui est en cause et pas les personnes (à part quelques cas pathologiques, comme dans toutes les professions).

    Mais pour l’agreg, ils ont un vrai problème. Ils se prennent très au sérieux et sont incapables de faire cet effort. L’institution est plus forte que leur esprit. Même l’amitié est parfois détruite par l’agrégation, l’agrégé ne supportant pas de devoir se justifier devant ses amis éjectés. Alors qu’il lui suffirait de reconnaître que tout est bidon, et qu’il a eu la chance d’en profiter. C’est un acte de lucidité et de modestie dont très, très peu sont capables.

    Tout ceci ne changera que quand la vérité sera connue, car ils ne peuvent pas mentir devant les faits, et quand l’agrég aura été supprimée au profit du système de droit commun. Mais l’entrisme, à part pour des gens de la trempe d’un vrai Résistant, je n’y crois pas. Car de cette trempe là, il y a peu de monde…

  7. Montesquiou dit :

    Une petite citation d’un article de Christophe Jamin paru à la Gazette du Palais qui propose 5 innovation dont une qui est la suivante : « et peut-être aussi diversifier plus que nous le faisons le recrutement des professeurs en se libérant du puissant modèle de l’agrégation » ‘(30 août 2015, Ouverture et réalisme dans la formation des juristes en France).

    • Guillaume Beaussonie dit :

      Je crois que le principal problème des recrutements à l’Université réside dans l’absence d’encadrement du choix et de la pratique des membres des différents comités/jurys (il n’y a pas de principe général d’impartialité ni d’incompatibilités par exemple). Finalement, tout repose sur leur morale, ce qui donne des recrutements très différents selon les membres auxquels on est confronté. Je peux témoigner qu’il existe parfois d’honnêtes comités/jurys (ce qui ne les préserve pas de l’erreur, mais l’erreur est humaine). Je peux hélas témoigner également de l’inverse, ce qui prouve, qu’en l’état, le système est insatisfaisant.

      • Montesquiou dit :

        Le système de recrutement à l’université me fait perdre le moral. Quant à la morale des universitaires, je ne sais pas. Cela me fait penser à l’article de Christophe Jamin : les avocats racontent une histoire, les magistrats y croient ou pas et très accessoirement, on s’intéresse à la règle de droit. Au final, à quoi bon faire des études de droit ou l’enseigner ? Gagnons du temps et apprenons aux futurs chargés de justice à reconnaître un chêne.

  8. Cooptation des copains, poulains, fils ou neveux et autres dit :

    Oui,l’agrég est pipée. Le copinage y vaut cooptation. Mais attention avec les recrutements par les 46-xyz de ne pas tomber dans le meme travers, où le localisme vaut cooptation. Un mal pour un autre mal sinon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :