Analyse des résultats de l’agrégation en droit privé

Voici, comme à l’accoutumé, une petite analyse des résultats… Nous pouvons rappeler que ce « concours » n’est pas un mode de recrutement, mais de promotion: tous les lauréats, à une exception près (et encore, peut-être un recrutement était-il en cours), sont maîtres de conférences.

Le sexe des admis

Oh, surprise, cette année, plus de femmes que d’hommes ont été admises au concours – il doit s’agir de la première fois, en droit privé.

Répartition sexe

Les candidates étant moins nombreuses que les candidats, leur espérance de succès était deux fois meilleure!

Espérance, hommes

Espérance, femmes

Faut-il s’en offusquer? Non, certainement pas! D’une part parce qu’il faudrait des années pour rééquilibrer les genres chez les PR; d’autre part parce qu’il semble assez évident que les femmes hésitent plus que les hommes à se présenter.

La jeunesse scientifique des lauréats

Plus de la moitié des lauréats (15 sur 28) ont soutenu leur thèse en 2010 ou après. Ils sont appelés aux plus hautes fonctions universitaires avec une bien courte carrière scientifique… ce serait l’un des avantages de cette voie…

Répartition année soutenance

Le parisianisme, encore et toujours

Paris I en tête du classement! Paris II fournit autant de lauréats que toute la Province, sauf Toulouse. Il n’est pas question ici de savoir si les parisiens sont les plus forts, ont les meilleurs tuyaux pour réussir… Il faut simplement noter l’uniformisation (et donc l’appauvrissement) académique que favorise le système jacobin de l’agrégation. Les agrégés sont formés majoritairement dans deux universités, qui ne mettent pas de postes aux concours. Tels des hussards (rouges et) noirs de la République, ils vont distiller dans toutes les universités du Pays LA méthode, LA manière de faire du droit. Ainsi, tout comme il n’y a qu’une Cour de cassation dans tout le royaume, il n’y a qu’une école de pensée dans tout le territoire.

Répartition par université de soutenance

En d’autres termes, là où un candidat provincial (hors Toulouse) a un peu plus d’une chance sur 20 de réussir le concours, celui qui a soutenu à Paris I ou Paris II a une chance sur 5… En sachant que le concours, en termes de temps passé et surtout d’argent dépensé, l’engage moins qu’un provincial…

Espérance province

Espérance PI ou PII

 

PS: vous donner accès à de telles données demande un travail considérable, pour identifier, pour chaque candidat, son université de soutenance, son directeur de thèse, son université d’exercice, son année de soutenance… Si certains veulent nous aider, ils pourraient collaborer à la recherche de ces données sur les candidats aux concours qui s’ouvrent, notamment pour celui de droit public. Il suffit de laisser un mail, voir pour cela la rubrique « contact ».

Publicités
Tagged with: , , , ,
Publié dans Au jour le jour...
11 comments on “Analyse des résultats de l’agrégation en droit privé
  1. Cadoudal dit :

    Je ne comprends pas tellement pourquoi vous traitez Toulouse en tant qu’université « privilégiée » puisque, à vous lire, elle n’a qu’un seul lauréat…

    • Pour deux raisons: la première, reproduire la méthodologie de l’étude faite par d’autres pour l’agreg de sciences éco; la seconde, parce que nous traiterons toujours particulièrement la faculté dont émane le président du concours. Cela permet de souligner en tout cas que, pour cette session, les candidats de cette faculté n’ont pas été privilégiés.

  2. aide@gmail.fr dit :

    Bonsoir,

    Pour vous aider un peu dans votre analyse, je vous livre les informations sur les nouveaux agrégés.

    1 – Charles Gijsbers, année de soutenance 2012, Paris II, directeur de thèse : M. Grimaldi
    Affectation : Paris II
    2 – Anne Claire ROUAUD, année de soutenance 2008, Paris I, directeur de thèse : J.-J. Daigre, affectation : Paris I
    3 – Antoine Gouezel, année de soutenance 2011, Paris II, directeur de thèse : Pierre Crocq
    Affectation : Paris 13
    4 – Aude Denizot, année de soutenance 2007, Paris I, directeur de thèse : Rémy Libchaber
    Affectation : université Cergy-Pontoise
    5 – Julie Alix, année de soutenance 2008, Paris I, directeur de thèse : Giudicelli-Delage, Affectation : Université du Mans
    6 – Caroline Coupet, année de soutenance 2012, Paris II, directeur de thèse : H. Synvet,
    Affectation : Paris II
    7 – Laurence Fin-Langer, année de soutenance 2000, Orléans, directeur de thèse : C. Thibierge
    Affectation : Université de Caen
    8 – Suzanne Lequette, année de soutenance 2010, Paris II, directeur de thèse : C. Brenner
    Affectation : Paris II
    9 – Lionel Andreu, année de soutenance 2008, Paris XI, directeur de thèse : Didier Martin,
    Affectation : Université de Nantes
    10 – Julia Heinich, année de soutenance 2013, Aix-Marseille, directeur de thèse : J. Mestre
    Affectation : Université d’Aix-Marseille
    11 – Guillaume Beaussonie, année de soutenance 2009, Toulouse I, directeur de thèse : B. de Lamy
    Affectation : Université de Tours
    12 -Edmond Schlumberger, année de soutenance 2011, Paris I, Directeur de thèse H. Le Nabasque
    Affectation : Paris I
    13 – Jean-Baptiste Perrier, année de soutenance 2012, Aix-Marseille, Directeur de thèse : S. Cimamonti
    Affectation : Université d’Auvergne
    14 – Julie Traullé, année de soutenance 2006, Paris I, directeur de thèse : P. Jourdain
    Affectation : Paris I
    15 – Natalie Joubert, année de soutenance 2002, Paris, directeur de thèse : P. Lagarde
    Affectation : université de Bourgogne
    16 – Bénédicte Girard, année de soutenance 2013, Paris I, directeur de thèse M. Fabre-Magnan
    Affectation : Paris I
    17 – Garance Cattalano Cloarec, année de soutenance 2014, Paris I, directeur de thèse : G. Loiseau
    Affectation : néant
    18 – Jérémy Heymann, année de soutenance 2009, Paris I, directeur de thèse : H. Muir-Watt
    Affectation : Paris I
    19 – Yannick Pagnerre, année de soutenance 2008, Paris II, directeur de thèse : J.-M. Olivier
    Affectation : Paris II
    20 – Anastasia Sotiropoulou, année de soutenance 2009, Paris I, directeur de thèse : A. Couret
    Affectation : Paris I
    21 – Olympe Dexant-de Bailliencourt, année de soutenance 2010, Paris II, directeur de thèse, H. Synvet
    Affectation : Paris II
    22 – Vincent Mazeaud, année de soutenance 2009, Paris I, directeur de thèse : P. Jourdain
    Affectation : Paris 12
    23 – Thomas Le Gueut, année de soutenance 2012, Paris II, directeur de thèse : H. Synvet
    Affectation : Paris 8
    24 – J.-C. Roda, année de soutenance 2006, Aix-Marseille, directeur de thèse : C. Prieto
    affectation : université Aix-Marseille
    25 – S. Tisseyre, année de soutenance 2010, Paris I, directeur de thèse : M. Fabre-Magnan
    Affectation : Université d’Auvergne
    26 – Marion Cottet, année de soutenance 2011, Paris XI, directeur de thèse: J. Rochfeld
    Affectation : Université du Mans
    27 – Charles Bahurel, année de soutenance 2012, Paris II, directeur de thèse : M. Grimaldi
    Affectation : Université de Nantes
    28 – Pierre Cagnoli, année de soutenance 1999, Caen, directeur de thèse : T. Le Bars/J.Héron
    Affectation : université de Caen

  3. Zeldon dit :

    En somme, statistiques à l’appui, ce concours qui représente un budget important pour l’ESR est fait pour Paris 1 et Paris 2 et il y aura quelques universités représentées en guise d’alibi ; bien joué …

    Et, à lire la liste ( et en connaissant certaines des personnes sur cette liste ) , est aussi démontré que l’agrégation du supérieur est un puissant facteur de reproduction sociale … rien ne dépasse, tout est dans l’ordre …rien d’atypique … bref rien de nouveau sous le soleil …

    on comprend que les mandarins de Paris 1 et surtout Paris 2 font tout pour sauver ce pseudo concours .. mais jusqu’à quand ?

    il faut comme beaucoup d’entre nous, notamment les gros publiants, ne pas se présenter à cette mascarade pour tarir la source , c’est aussi un autre moyen aux cotés de l’action syndicale.

    • Paris 1 et Paris 2 qui, rappelons-le, estiment qu’il n’est pas opportun, pour elles, de mettre des postes à ce concours… se faire imposer des professeurs ne serait acceptable que pour les autres facs. Rappelons qu’une faculté choisit son personnel administratif, ses MCF, ses PR au 46-1 ou 46-3… mais pas les PR agrégés. L’on se soucie donc de savoir si une secrétaire a un profil qui correspond aux besoins du service, mais cette recherche d’adéquation ne vaut pas pour les PR… Ce serait du localisme, paraît-il. (Ne lisez nulle condescendance dans mes propos pour le personnel administratif: ceux avec qui je travaille font très bien un boulot difficile.)
      Mascarade, vous avez raison. Et il faut employer tous les moyens à notre disposition pour la faire cesser.
      Le boycott du concours est une arme puissante, mais à double tranchant: certains seraient trop heureux de bénéficier de probabilités de réussite rendues plus élevées par un faible nombre de candidats. Autre arme possible, absolument antinomique avec la première: l’inscription en masse. Si 500 candidats se présentent, le concours ne pourra pas se tenir.
      Mais surtout, surtout, il faut que les facultés cessent de mettre des postes à l’agrégation, et demandent des postes sur les autres modes de recrutement (en privilégiant la voie de droit commun) au ministère. Ces décisions se prennent souvent en AG, en conseil de fac, en réunion de section: les petits MCF ont donc voix au chapitre!

      • Cadoudal dit :

        J’abonde dans le sens de suppressionagrégation : boycotter le concours n’est pas une bonne solution à mon avis. MIeux vaut y aller, le réussir et oeuvrer pour sa suppression (ou au moins sa réforme profonde) une fois en position de Pr. On a vu quelques agrégés prendre position pour cette proposition de suppression (Raphaël Romi par exemple. Je ne révèle pas le secret de l’Eglise, c’est dans un rapport parlementaire je crois), il faudrait qu’il y en ait plus !

      • Anonyme dit :

        « Autre arme possible, absolument antinomique avec la première: l’inscription en masse. Si 500 candidats se présentent, le concours ne pourra pas se tenir. »
        L’idée est excellente. Il faut la faire circuler !

  4. Zeldon dit :

    Je crois que les résultats 2015 ne pouvaient pas mieux servir la cause des maîtres de conférences ou des professeurs qui militent ou agissent pour la suppression de ce pseudo-concours et ils sont nombreux de manière ouverte ou plus discrète.

    Qu’une thèse de 2014 soit reçue, c’est tout simplement de la caricature , on frôle le ridicule ou l’absurde comme vous voudrez : manifestement nous sommes face a un système qui est pris de panique et commet l’erreur fatale mais qui nous sert et c’est tant mieux.

    Nos collègue des autres disciplines ou nos collègues étrangers qui passent les années à publier doivent en être abasourdis ou doivent en rire, surtout quant l’on sait que la grande majorité des reçus va disparaître des écrans radars en terme de recherche

    Une thèse de 2014 ( il y aussi 2013 et 2012) : on ne pouvait pas mieux espérer pour ceux qui militent contre le concours.

    • Cette année, cela nous attire l’oeil; mais des agrégations dans l’année suivant la thèse, ou sur une thèse sèche ou presque, ont été monnaie courante par le passé déjà… nous essayerons de trouver des chiffres. Il s’agit de l’effet « accélérateur de carrière » que vantent certains. Certains agrégés s’en servent pour débuter une belle carrière académique; d’autres, effectivement, disparaissent des écrans radars… Dans tous les cas, cela ne correspond au standard international de « professeur »

  5. Bof dit :

    Bonjour, je tombe sur votre site affligeant par hasard…. Et je vais écrire ma thèse plutôt que de perdre un temps précieux à vous exposer en détail les causes de ma consternation (voici tout de même une de vos remarques qui me fait bondir, je vous laisse deviner pourquoi: « d’autre part parce qu’il semble assez évident que les femmes hésitent plus que les hommes à se présenter »).
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :