Quand le ministère encourage les universités à mettre des postes à l’agrégation…

Il se dit çà et là que l’agrégation correspond à un besoin des universités, puisque les universités, surtout de petite taille ou de taille modeste, demandent des postes à ce concours… Cela procède d’une vue biaisée.

Voici un courrier par lequel le ministère demande aux universités de proposer des postes à l’agrégation. L’argument est simple: si vous voulez des postes aux autres modes de recrutement, il faut en proposer à l’agrégation, en raison du contingentement des postes (voir ce que nous écrivons sur le contingentement, ici, et ).

D’ailleurs, une université qui demande des postes aux voies autres que l’agrégation s’expose à ce que le ministère lui réponde « contingent atteint, demande refusée », et c’est un ou deux ans supplémentaires d’attente pour que le poste soit effectivement pourvu… ce qui, dans une petite structure, peut poser de réels problèmes.

Autrement dit, c’est en raison du chantage que provoque le contingentement que les universités demandent aussi massivement des postes à l’agrégation… supprimez le contingentement, et vous verrez ce qu’il en est…

Lorsque nous avançons, sans chiffres il est vrai, que l’agrégation ne correspond plus aux attentes actuelles de l’université, l’on peut légitimement nous demander des preuves. Ce contingentement est la meilleure de ces preuves ! S’il faut contraindre les universités à demander des postes à l’agrégation, sous peine de ne point en avoir, c’est que, spontanément, elles choisiraient d’autres voies – ce que ne se privent pas de faire Paris I, Paris II, et Lyon III. (Les deux premières fournissant, en outre, le gros du bataillon des agrégés).

Obtenons le décontingentement, prélude à une disparition du concours…

 

Courrier poste ministère

Publicités
Tagged with: , , ,
Publié dans Arguments
2 comments on “Quand le ministère encourage les universités à mettre des postes à l’agrégation…
  1. En finir avec le contingencement! dit :

    Le contingencement n’est-il pas une mesure d’un autre temps, incompatible avec l’autonomie des universities?!

  2. Anne Lavigne dit :

    Il y a, dans le courrier du ministère, une fausse naïveté. Si effectivement, le nombre des autres postes (46-1 46-3 46-4) dépend du nombre des postes mis au concours, ce est vrai pour l’ensemble des postes d’une section donnée. Autrement dit, le Ministère est en train d’expliquer tranquillement à chaque université : « mettez VOS PROPRES POSTES à l’agrégation, et ainsi vous augmenterez les chances des AUTRES ETABLISSEMENTS d’avoir des postes contingentés ». Si on admet que la LRU a précisément pour objectif de renforcer la concurrence entre les établissements, on leur offre de bien belles injonctions contradictoires…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :