Où en est-on ?

Si vous suivez régulièrement ce blog, vous savez que l’agrégation du supérieur est un système dérogatoire, injuste et vicié. Vous en avez eu la démonstration mathématique. Vous savez aussi qu’il est critiqué au sein de l’Université française, et qu’il fait rire – ou pleurer – nos collègues étrangers. Vous savez encore que la majorité des syndicats en demandent la suppression totale, et que la majorité des Présidents d’Université y est hostile pour des raisons tant budgétaires que de gestion. Vous savez enfin que ce système n’existe nulle part ailleurs dans le monde développé, et qu’aucune des meilleures Universités du monde, en tête des classements internationaux de référence, n’y recourt. Pas d’agrégation à Harvard, au MIT, à Oxford, à Munich, à Tokyo, etc. En fait, pas d’agrégation nulle part, sauf dans les sections 1 à 6 en France.

Soit. Où est donc le problème ? Comment se fait-il qu’un système inégalitaire qui prive une majorité de MCF des perspectives de carrière qui existent partout ailleurs soit encore en place ? Faut-il qu’ils aient subi un lavage de cerveau, pour accepter qu’on leur marche dessus pendant 30 ans au moins, et, pour certains d’entre eux, qu’ils trouvent même cela inéluctable, laissant des zélateurs du système parader devant eux ? C’est une vraie question. Les psychologues du travail pourraient peut-être nous éclairer sur ce point.

Il y a manifestement une bonne nouvelle pour eux : la situation est en train de changer et l’agrégation du supérieur a entamé sa marche vers la disparition.

Faisons si vous le voulez bien le bilan de la situation à ce jour.

L’agrégation de médecine a été supprimée. C’est le CNU qui qualifie les PR.

L’agrégation de médecine vétérinaire a été supprimée. C’est le CNU qui… .

L’agrégation d’économie est suspendue par le nouveau décret jusqu’en 2017. De l’avis général, cette suspension est un enterrement de première classe, et en 2017, c’est la suppression pure et simple qui l’attend.

L’agrégation de gestion est suspendue par le nouveau décret jusqu’en 2017. De l’avis général… .

Reste l’agrégation de droit. On connaît l’âpreté des défenseurs de l’agrégation dans les Faculté de droit. Le diable lui-même n’aurait  pu davantage les mettre en ébullition. Ils ont usé de toutes leurs forces pour maintenir à flot un bateau qui prend l’eau de toute part, et qui, à l’instar du Titanic, au delà de 5 compartiments inondés, est mathématiquement condamné à sombrer.

Cela n’a pas suffi. L’agrégation interne est déjà supprimée. Quant à l’agrégation externe, elle ne pourvoira désormais, aux termes du nouveau décret, que 50% des futurs postes de PR. Les autres 50% seront pourvus à la voie normale, selon le système en vigueur dans toutes les 71 autres sections du CNU.

L’agrégation de droit est donc d’ores et déjà supprimée aux 2/3 (en totalité pour l’interne, et pour moitié pour l’externe).

Inutile de dire qu’à l’allure où vont les choses et où la concurrence internationale fait rage, la suppression totale est l’objectif en vue, même si les défenseurs de l’agrégation résisteront jusqu’à la fin devant l’inévitable, sans doute en chantant « Plus près de toi mon Dieu ». Ce qui, bien évidemment… ne les aidera pas. Non, on ne refait pas l’histoire en sens inverse.

Certes, toutes les injustices ne seront pas réparées pour autant, loin de là. Surtout quand on pense au nombre de personnes qui ont été et sont encore humiliées, jetées dehors, traités comme des détritus et privées de leur juste mérite par ce simulacre de concours. De la même façon, personne ne sera rétrogradé. Les PR agrégés resteront PR. Pas question de sortir du débat politique et syndical pour entrer dans un débat de personnes qui serait déplacé, violent et sot, et que nous refusons fermement. C’est le système qui doit changer, car c’est lui le responsable, pas les personnes qui n’en sont que les outils temporaires sous son emprise. Relisez Stanley Milgram : c’est le système qui fait, d’une façon générale, le comportement déviant dans le travail, pas la personne, sauf cas particulier.

Mais pour reprendre les termes de la comparaison que nous avions déjà faite sur ce blog avec le droit de la concurrence d’après l’ordonnance de 1986 , il est clair que l’époque où l’inacceptable était accepté est désormais révolue. Qu’il nous soit permis ici de nous en féliciter.

Publicités
Publié dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :