Qui veut économiser des millions ?

Comment économiser plus de trois millions d’euros sur trois ans ? En supprimant le concours d’agrégation.

Sans reprendre dans ce chiffrage tous les coûts dont nous avons précédemment dressé la liste, afin d’être absolument certains d’être dans une fourchette basse, voici une petite estimation de ce que l’on gagnerait, pécuniairement, à supprimer l’agrégation. L’on néglige notamment les subsides que versent certaines universités de Province, qui acceptent de prendre en frais de missions la participation à la grande mascarade ; les coûts indirects représentés par le fait que tous ceux qui préparent le concours/participent à son organisation/entraînent les candidats ne font pas, pendant ce temps, ce pour quoi ils sont payés ; le coût représenté par l’utilisation des salles pendant la leçon de 24 heures.

I – Sur les postes affectés à l’organisation du concours

Si l’on compte l’appariteur, les surveillants, pendant quelques mois par an, et le personnel de la direction centrale du ministère, nous avons certainement l’équivalent de 3 temps pleins. Chargés, évaluons cette dépense à 3×25000 Euros, soit 75 000 Euros par an.

II – Sur le défraiement des membres du jury

Que les membres de chaque jury soient défrayés, cela est parfaitement normal. Les sommes en jeu varient nécessairement selon les concours (certains sont plus longs que d’autres), et selon les membres du jury (ils habitent plus ou moins loin). Tablons, encore, sur une hypothèse base : une moyenne de 40 Euros par jour (balance entre ceux qui habitent Paris, et ceux qui doivent y être logés), 4 jours par semaine, et pendant 20 semaines (ce chiffre semblera anormalement bas, mais il faut compter sur les seconds concours, souvent assez courts), le tout multiplié par 7 membres du jury, pour 5 jurys (en histoire du droit, peu de seconds concours) : 112 000 Euros.

III – Sur le surcoût des traitements induit par l’agrégation

Il y a, à peu près (les chiffres du ministère sont anciens), 2300 professeurs en activité dans les sections 01 à 06. Normalement, 2/3 d’entre eux sont issus de l’agrégation externe, plus 1/9 de l’agrégation externe environ (le chiffre pour ces dernières années est de 2/9, mais l’externe est moins ancienne que l’interne…). L’on compte donc, arrondissons en-dessous assez largement pour toujours retenir une hypothèse basse : 2000 agrégés en activité. Zélateurs comme contempteurs du concours s’accordent pour lui reconnaître son rôle « d’accélérateur de carrière ». Admettons que les EC titulaires d’une agrégation gardent, leur carrière durant, 3 échelons « d’avance » sur les autres, qu’ils soient « profs vois longue » ou MCF au long cours (hypothèse, encore une fois, terriblement basse). En comptant les charges, cela représente au bas mot 600 Euros de plus à leur servir, par mois (le valent-ils ? Peut-être, mais ce n’est sans doute pas le concours qui l’a montré), soit 7200 Euros par an, soit 14 400 000 Euros pour nos 2000 agrégés.

Au total, l’agrégation coûte donc, selon ces calculs, qui ont toujours privilégié l’hypothèse basse, 14 587 000 Euros chaque année…

IV – Sur les économies offertes par la suppression

Bien entendu, la suppression de l’agrégation ne rétrogradera pas les agrégés… cette économie ne sera totalement effective qu’après extinction de l’espèce… Qu’en attendre, dès la première année ? L’économie des dépenses du I et du II de cet exposé, plus, si l’on compte, tous concours confondus, 60 agrégés par an, 7200 par tête de pipe, soit 432000 Euros la première année, 864000 la seconde année, etc.

En d’autres termes, supprimer l’agrégation dès aujourd’hui, c’est économiser 619 000 Euros cette année ; 1 051 000 Euros l’année prochaine ; 1 483 000 Euros l’année prochaine. C’est donc économiser, sur trois ans, plus de trois millions d’Euros, et le gain ira crescendo.

Publicités
Tagged with: , , , ,
Publié dans Arguments
3 comments on “Qui veut économiser des millions ?
  1. Anonyme dit :

    Le concours coûte cher et il fait reposer aussi la charge sur les candidats. Une piste d’amélioration serait que les candidats de Province soient indemnisés des efforts financiers qu’ils consentent par rapport aux franciliens (frais de transport et d’hébergement, etc.) à partir de la seconde épreuve.

    Sélectionner des bon candidats aux postes d’enseignants est capital pour l’université ! Donc un surcoût de 3 millions d’euros sur 3 ans ne serait pas très cher payé. Les économies peuvent sans doute se trouver ailleurs dans l’université.

    • Asinus dit :

      Je pourrais bien vous proposer un remède – vous suggérer quelques revues juridiques étrangères, vous conseiller quelques lectures extra- (disons para-) disciplinaires, vous organiser un séjour de recherche à l’étranger – mais je crains qu’il ne soit pas topique. Comme, du reste, cela signifierait que vous en êtes capable, il faudrait immédiatement en déduire que n’avez pu être l’auteur de telles insanités – et alors tout cela serait sans objet.
      O sancta simplicitas ! Il y aurait sans doute d’autres explications, mais, comme aurait sans doute dit Pascal en vous lisant, je n’ai pas eu le loisir de faire plus long.
      En tout état de cause, rappelez-vous qu’il « est difficile de se faire comprendre, surtout lorsque l’on pense et que l’on vit gangasrotogati, au milieu d’hommes qui pensent et vivent autrement, c’est-à-dire kurmagati, ou tout au plus mandeikagati, “d’après l’allure des grenouilles” ». Il y a vraiment de quoi rire.

  2. Goldorak dit :

    Oooh, un troll agrégé, ou un troll agrégatif!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :