Analyse des résulats de l’admissibilité en droit public

L’agrégation, voie de secours?

Certains partisans du maintien de l’agrégation font valoir qu’il faut maintenir ce concours en ce qu’il offre une sorte de seconde chance aux recalés de la sélection des MCF, y compris parmi les réactions à nos articles. Si l’on n’a pu entrer par la petite porte, autant choisir la grande. A l’analyse, seul 1 parmi les 48 sous-admissibles en droit public n’est pas actuellement Maître de conférences… et encore, il a été qualifié en 2013, et peut donc compter légitimement sur le fait de trouver une affectation.

Ces dernières années, le pourcentage de PR recrutés, qui étaient auparavant MCF, dans la voie de droit commun, oscille entre 85 et 90%, selon un document du ministère (p. vi).

Autrement dit, sur cette édition au moins, l’agrégation externe fait moins bien que la voie de droit commun pour recruter des personnes qui n’étaient pas auparavant MCF.

Le lien avec les membres du jury

34 admissibles, sur 48, sont en poste ou ont soutenu leur thèse dans une université où est en fonctions un membre du jury. Nous n’avons pas encore établi le ratio pour les candidats autorisés à concourir, mais nous le ferons prochainement, pour voir si le biais qui a été établi dans d’autres matières se retrouve ici.

L’impéritie des directeurs de recherche

Effectif admissibles droit public date de soutenance

Le graphique ci-dessus montre l’effectif des admissibles par date de soutenance. Seront donc très certainement appelés à exercer des fonctions de direction des docteurs dont la thèse date de moins de trois ans – et qui ne sont donc pas des chercheurs expérimentés. C’est le principe de l’agrégation, me direz-vous. Certes, mais reconnaissons ce qu’il y a d’étrange d’appeler en grande majorité, et d’imposer aux universités, des chercheurs débutants pour les tâches d’encadrement et de direction des recherches. Imagine-t-on, dans les grands organismes de recherche, recruter les directeurs sitôt un post-doc achevé?

Le parisianisme, encore et toujours

Encore une fois, nous n’avons pas fini l’exploitation des données concernant les candidats à l’agrégation de droit public… la comparaison n’est pas parfaite. Le parisianisme de l’agrégation de droit public avait déjà été souligné, à propos de l’édition précédente.

Qu’en est-il pour cette édition? Comparons la qualification au CNU et l’admissibilité à l’agrégation.

Répartition qualifiés 2014 droit public

Répartition admissibles droit public fac soutenance

Res ipsa loquitur.

Publicités
Tagged with: , , , , , , , , , ,
Publié dans Décryptages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :