La formation par la recherche et pour la recherche

Si j’avais à défendre l’agrégation, je dirais qu’elle est parfaitement en phase avec le leitmotiv de l’Université, le mantra de l’enseignement supérieur, l’impératif catégorique de nos facultés, l’antienne de l’École : la formation par la recherche. Mieux: la formation par la recherche, et pour la recherche!

Des esprits chagrins critiquent l’agrégation, car elle n’apprendrait rien, elle n’apporterait pas de plus-value au candidat. Entièrement faux! Il se forme par la recherche. Une leçon de 30 minutes, c’est environ 29 000 signes, espaces compris… ce qui plaît aux éditeurs… autrement dit, l’agrégatif apprend à préparer, en huit heures, et parfois moins (soit, à un stade moyen de sa carrière, un voyage en train) n’importe quel article, n’importe quelle intervention dans un colloque, dans sa spécialité (faut-il en avoir une?) ou non. Une leçon de 24, c’est l’apprentissage de la pressurisation d’un bataillon de doctorants pour sortir un article de fond.

En d’autres termes, une épreuve d’agrégation est un intense moment de recherche, qui est en lui-même une formation in-dis-pen-sable pour ensuite produire une belle recherche de qualité parfaitement standardisée et aseptisée.

Les autres disciplines, ou les juristes, économistes, politistes et gestionnaires d’autres pays (et, chez nous, les chercheurs qui délaissent scandaleusement la voie de l’agrégation) n’ont pas cette appétence pour cette recherche low-cost: ils s’échinent des mois entiers pour produire de longs et indigestes articles sur des questions que personne, jusqu’à eux, n’avait envisagées; ils s’enferment dans un champ de spécialité étroit ou au contraire dans une interdisciplinarité particulière qui rend leurs contributions originales et irremplaçables (et ont donc la fatuité de ne pas se croire interchangeables); ils intègrent des réseaux de chercheurs, répondent à des appels à projets, à des appels à contributions, à des call for papers; se soumettent au peer-reeviewing… Si seulement tous ces gens embrassaient l’agrégation, alors ils feraient véritablement de la recherche.

Publicités
Tagged with: , , , ,
Publié dans Si j'avais à défendre l'agrégation...
4 comments on “La formation par la recherche et pour la recherche
  1. Justin dit :

    Défenseur de l’agrégation, je trouve votre propos inutilement caricatural. L’agrégation n’a pas vocation à former des chercheurs, mais sans doute à tirer vers le haut une partie d’entre eux, déjà formés. Ma leçon en 24h ne m’a pas rendu plus compétent en la matière, certes plus synthétique à tout le moins. Passer ou non l’agrégation est et doit rester une liberté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :