Le parisianisme de l’agrégation se confirme en droit public…

Nous avons précédemment tenté de démontrer (ici et )qu’en ce qui concerne le concours d’agrégation en droit privé, la proportion d’admis ayant soutenu leur thèse dans une Université parisienne était bien supérieure à l’ensemble des lauréats issus d’Universités provinciales.

Le rapport remis par le Président du jury du concours 2011-2012 en droit public confirme cette tendance.

Sur 209 candidats 99 étaient issus des Universités parisiennes (dont 29 de Paris I et 36 de Paris II) et 110 avaient soutenus leur thèse en Province.

Au final sur 30 agrégés, 19 étaient d’origine parisienne (6 étaient issus de Paris I et 11 de Paris II). L’on peut également noter, que sur les 11 lauréats provinciaux, 3 voyaient leur Université représentée dans le jury.

Le résultat est édifiant : 63% des admis étaient parisiens, alors même qu’ils ne représentaient que 47% des inscrits. 23 agrégés étaient donc soit parisiens, soit voyaient leur Université représentée dans le jury…  Cela représente la bagatelle de 76,6% des admis…

Le moins mauvais et le plus impartial des modes de recrutement disiez-vous…

candidat

agrégés

Advertisements
Tagged with: , , ,
Publié dans Arguments
10 comments on “Le parisianisme de l’agrégation se confirme en droit public…
  1. Goldorak dit :

    C’est éloquent… pourtant je m’étais laissé dire que les jurys de droit public étaient souvent moins « parisiano-centrés » que ceux de droit privé. Dire que, pour les thuriféraires du concours, ce sont les autres voies qui sont synonymes de réseaux, de clientélisme, de localisme.
    Ils nous apprennent au moins une chose: le terme « localisme » ne peut s’appliquer, dans notre culture jacobine, à Paris.

  2. xddb dit :

    Une contribution pour compléter cette analyse un peu convenue. Manquent des statistiques sur le parcours universitaire desdits parisiens. C’est à confirmer (comment ?) mais je pense qu’elles nous révéleraient que beaucoup d’entre eux ont commencé leurs études ailleurs qu’à Paris 1 et Paris 2. C’est une réalité à laquelle sont confrontées beaucoup d’universités de province : la fuite des meilleurs étudiants vers les universités de Paris centre dès la L2-L3. Pour prendre un exemple que je connais, celui d’une faculté de droit de taille moyenne, j’ai pu constaté que chaque année, la moitié au moins des majors de promotion des trois années de licence et M1 quittent l’université pour Paris1-Paris2. Ce qui, soit dit en passant, rend un peu déprimantes les cérémonies de remise de prix…

    • Goldorak dit :

      @xddb: analyse un peu convenue, dites-vous, mais qui, en principe, est démentie dès lors qu’elle est soulevée. Désormais, il y a des chiffres.

      Sinon, selon vous, major de M1 = agrégé en devenir? Permettez-moi quelques doutes sur la relation…
      Pour ce qui est de la fuite que vous décrivez, et qui est en elle-même un problème (non déconnecté de la problématique de l’agrégation: en France, tout se passe à la capitale) elle expliquerait certainement que les candidats parisiens soient plus nombreux, mais pourquoi devraient-ils mieux réussir? L’autre moitié des majors de promotion, pourquoi a-t-elle moins de probabilité d’être agrégée? Un peu plus loin sur ce blog, un comparatif, en droit privé certes, entre qualifiés et agrégés, selon l’université de soutenance… au détriment de la province encore. Alors, la fable sur le ton « normal que les parisiens réussissent mieux, car ils sont meilleurs, car tous les meilleurs de la France entière montent à Paris », non merci.

  3. xddb dit :

    Disons que les statistiques évoquées par ce blog ont probablement plusieurs explications et c’est ce que je me suis efforcé de mettre en valeur. Ayant fait mes études et deux M2 (DEA…) à Paris 2, j’ai bien été obligé de constater à l’époque que les meilleurs étudiants de mes promotions n’avaient pas fait l’essentiel de leurs études dans cette université.

  4. emcehef01 dit :

    @xddb le fantasme des meilleurs étudiants partant réaliser leur Master à Paris me parait un tant soit peu éculé… Bien entendu certains étudiants font un tel choix, mais pas tous les meilleurs… loin de là… sinon comment expliquer que la majorité des thèses qualifiées (qui sont en principe le fruit du travail des meilleurs étudiants) soient soutenues en province?

    L’agrégation est un concours de réseau, les futurs agrégés rencontrent les futurs membres du jury dans les facs parisiennes, réalisent leurs TD… D’ailleurs, on peut à peine blâmer les membres du jury d’agrégation: lorsqu’on a le choix entre accorder une promotion à quelqu’un que l’on connait ou à un parfait étranger dont les compétences sont identiques, n’est-ce pas humain de privilégier la personne connue?

    Là est le mal principal de ce concours, à compétences égales, le candidat parisien aura plus de chances d’être agrégé que le candidat provincial… c’est ce que traduisent les chiffres proposés par les auteurs de ce blog offrant la comparaison entre les résultats de la qualification et de l’agrégation

    De là dire que l’on est plus agrégé à la grâce d’un concours de circonstances qu’à celle de son travail il n’y a qu’un pas!

    • Goldorak dit :

      @emcehef01: Vos efforts pour répondre à xddb sont louables, et je vous remercie de l’avoir fait, mais je doute que vous le fassiez changer d’avis. Il développe une rhétorique bien connue chez les parisiens (peu important leur parenthèse provinciale) qui soutiennent l’agrégation. Selon eux, la faveur pour les parisiens ne s’explique ni par les réseaux, ni par le fait que l’agrégation repose sur des règles non écrites qu’il faut entendre des bonnes personnes, sises à Paris pour la plupart, etc, etc… devant des chiffres, ils préfèrent envoyer un écran de fumée, par exemple ici sur la prétendue origine provinciale d’une part des docteurs de la capitale, qui seraient en outre les meilleurs…
      En bref, j’aurais envie de dire: « do not feed the troll », mais je crains qu’en réalité, il soit parfaitement sérieux et sincère.

  5. Jacob dit :

    Non, il a raison. Il faut affiner les statistiques. Il faut de demander où ils ont été à la maternelle,
    où ils ont passé leur permis de conduire, où ils ont fumé leur première cigarette, et où ils ont rencontré l’amour pour la première fois… Était-ce dans une province reculée, ou sur les marches du Panthéon ? Parce que ça change tout. Les statistiques ne sont que des statistiques. Rien d’objectif, rien de concluant.
    L’agrégation, c’est la méritocratie, c’est l’accélérateur de carrière (d’ailleurs il faut revaloriser sévèrement les PR), c’est l’exception française que Harvard, Cambridge, Tokyo, Tel Aviv, Princeton et cpie nous envient. C’est aussi un moment de rencontre avec le jury, un moment inoubliable, un rite initiatique bouleversant, l’entrée dans un cercle supérieur libéré des contingences, et le début d’une carrière internationale rayonnante. Ah, les décalages horaires. La semaine dernière, j’étais au MIT

  6. xddb dit :

    Ok. Actes de foi et excommunication au programme. Je vous laisse mariner dans l’entre soi. Bye

    • Votre procès en excommunication est relativement discutable: vous pouvez observer que vos commentaires ont toujours été validés, alors même que ce blog fonctionne avec une modération a priori des commentaires, et que vous remettez directement en cause ce que nous écrivons. Je ne crois pas que nous excommunions qui que ce soit, et merci de nous avoir fourni l’occasion de le montrer.

  7. emcehef01 dit :

    @xddb: navré mais vous avez là une réaction typique de ceux qui sont parfaitement conscients de la faiblesse de leurs arguments et plus particulièrement de ceux qui défendent ce concours. Vous retrancher derrière les poncifs que vous ont enseigné vos maîtres à penser ne servira à rien… votre concours disparaitra avec eux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :